L’apprentissage fait sa révolution !

L’apprentissage fait sa révolution !
(Dossier de presse du 09 février 2018)

La situation des jeunes en France est d’une grande complexité, d’un côté 1.3 millions de jeunes sont sans emploi, sans stage et sans formation, de l’autre plus près de 300 000 jeunes apprentis trouvent un emploi dans une moyenne de 7 mois après leur apprentissage (7 apprentis sur 10 en France).

Le gouvernement a donc fait le choix de réorganiser l’apprentissage en France, à travers 20 mesures concrètes dont les objectifs sont :

  • De mieux communiquer auprès des jeunes et de leurs familles sur l’apprentissage afin d’éclairer leurs choix au regard des différentes voies de formation et de créer des passerelles entre les formations générales et l’alternance
  • D’apporter de la souplesse aux formations par apprentissage au regard des évolutions du marché de l’emploi et mieux répondre aux besoins en compétences des entreprises
  • De simplifier le mode de financement et de le rendre plus incitatif tant pour les apprentis que pour les employeurs

 

Parmi les 20 mesures concrètes proposées par le gouvernement, notons par exemple :

  • Une augmentation des taux de rémunération des plus jeunes majorés de 30 euros.
  • Une aide de 500 euros pour les 18 ans et plus pour passer le permis de conduire.
  • La création d’un « SAS » Prépa Apprentissage pour permettre à tous les jeunes qui le souhaitent de travailler en amont d’une signature d’un contrat d’apprentissage sur leurs connaissances et leurs compétences afin d’aborder plus sereinement leur formation.
  • Les diplômes professionnels seront co-écrits entre l’Etat et les partenaires sociaux afin d’être au plus proches des besoins techniques et économiques des métiers.
  • Les aides à l’embauche pour les TPE et PME seront plus simples et le système plus accessible.
  • Les signatures de contrats d’apprentissage pourront se faire tout au long de l’année, les entrées et sorties des apprentis en formation seront permanentes, plusieurs jurys de validation des examens devront avoir lieu tout au long de l’année et les déroulés des formations seront liées à des plans personnalisés.
  • Les CFA pourront développer sans limite administrative les formations au regard des besoins en compétences des entreprises, et devront être certifiés sur la qualité des formations proposées, l’accueil des jeunes et leur accompagnement pédagogique.
  • Les portes de l’Europe s’ouvriront plus facilement pour les apprentis par le programme Erasmus de l’apprentissage.
  • L’apprentissage dans l’enseignement supérieur continuera d’être encouragé.

 

A travers cette réforme, le Gouvernement et les acteurs concernés, les Régions, les branches professionnelles et les partenaires sociaux « ont décidé de s’engager conjointement dans cette mobilisation nationale pour une meilleure orientation et une transformation profonde de l’apprentissage ».